PreviousNext

VOILE N°3 : Voile Migrante at Centre Pompidou, Paris

VOILE N°3 : VOILE MIGRANTE Centre Pompidou, Hors Pistes Installation participative, 2017 Une voile est un objet qui a besoin de vent pour respirer, d’un mât et d’un bateau qui la prennent en charge Une voile qui se déplace est un être libre, c’est le mouvement même, c’est un drapeau flottant et, en soi, un objet migrant Produire une voile à la main est un processus de transmission des connaissances, du savoir-faire Mon père, assis à sa machine à coudre, la couture, en zigzag, cherche son chemin comme pourrait le faire un voilier naviguant contre le vent Je pense que les éléments qui composent une voile sont également des éléments nécessaires pour survivre dans un monde de plus en plus étranger Nous oublions l’histoire de plus en plus vite alors même que le monde commence à la répéter Il est facile d’oublier notre histoire comme il semble facile de s’aventurer […]

PreviousNext

Mundial at Grand café-Saint nazaire

Exposition du 28 janvier au 16 avril 2017 vernissage le vendredi 27 janvier à 19h Enrique Ramírez appreciates stories within stories, fictions straddling countries and epochs, the mirages between dream and reality. This Chilean artist, who lives and works between Chile and France, often uses image and sound to construct a profusion of intrigues and to occupy the equilibrium between the poetic and the political. His imaginary worlds are attached to one obsessional element—his thinking starts with the sea, a space for memory in perpetual movement, a space for narrative projections where the fate of Chile intersects with grand narratives of voyage, conquest and migratory flows. His liquid images speak of the sparkle of a truth in permanent flight, the backwash of history, always repeating and never the same. Through the sea, he also brings in the figure of his father—a father who made sails during the Pinochet dictatorship, a man […]

PreviousNext

La gravedad

La gravedad / Michel Rein Gallery Paris October 20 – december 17, 2016 “Before all images, one must ask oneself, How it sees (us), thinks (of us) and touches (us).” 1 Gravity can mean many things, it’s true, but above all it’s a force; a force of attraction. When the artist throws pieces of black paper into a clear and transparent sky, this force is at work to make them fall back to the ground – light, fragile, vaporous. In the same way, when playing on contraries, he lights up small white papers on a night black background, creating an even more hypnotic contrast. “For me, these papers are like souls thrown into the sky, ideas, contestations, silent voices (that have been made silent), they also evoke the spherical aspect of the world, the night which reigns here, whilst it is daytime elsewhere” declares Enrique, touching on a very Borgesian […]

PreviousNext

Cycle Là où va le cinéma

PrésentationÀ la découverte des artistes du Fresnoy Bien des oeuvres créées au Fresnoy renouvellent le cinéma de l’intérieur, faisant de lui autant un art plastique qu’un art narratif, s’appropriant les nouvelles technologies de création et de diffusion des images et des sons, réinventant des genres historiques. Le lundi soir, mensuel Du 17 octobre 2016 au 19 juin 2017 Programme 17 OCTOBRE 2016 – Etats du monde 1 : douleur et résurgence Joao Pedro Rodrigues, Chantal Akerman, Enrique Ramirez Trois films où le fond s’en prend à la surface. Où la mémoire, qu’elle soit historique, politique ou affective ne se contient plus. 28 NOVEMBRE 2016 – Imaginaire de la ville Hee Won Lee, Joao Vieire Torres, Arash Nassiri, Anri Sala, Peter Downsbrough, Zhenchen Liu La ville et ce qu’on en fait : comment on y vit et comment on y meurt. La ville comme lieu des amours, des fantômes et de […]

PreviousNext

Le Musée Rural

A pendant plusieurs mois sillonné les vallées de la Bassée et du Montois à la rencontre des habitants et de leurs histoires, du paysage et de son Histoire, en y projetant ses récits personnels, façonnés par des réminiscences historiques et géographiques de sa culture chilienne. Dans ce territoire dépourvu de lieu dédié à l’art et où, pourtant, le patrimoine — archéologie, naturel, religieux et industriel — est partout, l’artiste relativise avec humilité son propre rôle dans la société et met en doute le pouvoir social de l’art et de l’institution culturelle en milieu rural. Là où aucun lieu ne concentre ni ne sacralise la présence de l’art dans le territoire, Enrique Ramírez, troublé de le trouver à la fois partout et nulle part, fait de son exposition un musée. Son Musée Rural est une projection. Ce n’est pas un musée de la ruralité, des arts et traditions populaires ou des savoir-faire […]

PreviousNext

Los durmientes, mar dulce en el CCMATTA, Buenos Aires.

El mar como lugar de memoria Referir al dolor, a la ausencia, al terror, y hacerlo en clave poética, no resulta sencillo para un artista visual. Al revisitar el pasado, la buena voluntad o el férreo compromiso político no bastan para construir un cuerpo de obra que logre conmover pero también sembrar interrogantes, que consiga reactivar el pasado crítica y poéticamente. Abofetear conciencias dormidas con excesos de expresividad e iracundia no suele dar buenos resultados… Cuando el horror se presenta a modo de espejo sin mediación, sin metáfora, la obra no logra entablar empatía con el espectador y éste, irremediablemente, se retrae, se esconde o se escapa. Muy por el contrario, la obra de Enrique Ramírez resulta balsámica, sugestiva, sin por ello dejar de provocar esa dosis de necesaria incomodidad, de perplejidad, que pone en jaque los lugares comunes, las certezas, e incluso, los prejuicios que campean sobre las producciones […]

PreviousNext

Museo Amparo, Enrique Ramírez « El tiempo, el ánimo, el mundo »

Encuentros Latinoamericanos no.1 17 oct / 8 feb 2016, Museo Amparo, Puebla, México Enrique Ramírez  El tiempo, el ánimo, el mundo In a disciplinary crossroads between cinema, video, arts, and narrative, where media and different forms dialogue, the work of Enrique Ramírez (Chile, 1979) has an impact in the hybridization of the contemporary world we are living in. Hybridization of the visual languages of art as well as the cultural and social references that support his creations. An artist in a globalized world, his origins are the foundations of his work, as he points it out: “each person carries his own home”. Works like La invención de América, (1998-2013) or Al sur de América, (2012) refer to the Uruguayan painter Joaquin Torres García in his drawing América invertida (1943) with its political and philosophical implications. While the video Los durmientes (2014) reopens the pages of the dark years of Chile under the […]

Continue Reading A0810FFB-B5CB-4A59-B69F-18F850661300-0.jpg

Pacífico 

6 oct / 9 jan 2016 Souther panoramas 19 contemporary art festival Sesc_Videobrasil  In Pacífico, the sea is rough, nocturnal, and seemingly undecipherable. With no reference of location, it is a nondescript fragment of the ocean. Although it has admitted the brutality of its actions during Pinochet’s military regime, the Chilean army never revealed the whereabouts of its victims. Most cases are labeled as “thrown to sea,” and therefore irretrievable. In Pacífico, the ocean becomes a memory that silently haunts the night of history

PreviousNext

Une histoire sans destin, Route panoramique, Arromanches

Une Histoire sans destin (2015), triptyque vidéo. Une fiction documentaire réalisée le jour du 70e anniversaire du débarquement en Normandie et dans la Patagonie chilienne. Trois histoires s’entremêlent, situées à des époques et dans des lieux différents. Il y est question de voyages en mer, de débarquements, de conquêtes, de pouvoir et d’utopie. Le souvenir de la dictature chilienne, qu’Enrique Ramírez a connue enfant, est encore présent dans ces images. Une Histoire sans destin est basé sur des faits historiques et utilise des enregistrements d’archives. Mais le caractère mystérieux de certains personnages, les longs plans-séquences sur les paysages et l’utilisation de la voix off lui donnent une dimension souvent onirique. Production Co Producciones et la Villa La Brugère, avec le soutien de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques