Une histoire sans destin

Fernand de Magellan voulait traverser le monde. Il arma son navire, se demanda s’il re- viendrait un jour et partit à la découverte de la terre rêvée, mais il ne l’atteignit jamais. Il s’était trompé d’époque, de géographie et d’histoire : ce qu’il découvrit le 5 juin 1944, après avoir débarqué sur la plage d’Arromanches, c’est la Normandie. C’est pourquoi il la baptisa Terre de Feu. Tout était nouveau pour lui : ses hallu- cinations d’un nouveau monde se mêlaient à des images inconnues, de grands oiseaux de fer volants, des hommes en vert engoncés dans de solides armures, de grands animaux en métal qui émettaient des bruits fracassants… C’était cela, le nouveau monde. Ailleurs, peut-être dans sa conscience, une femme découpe les étoiles d’un drapeau des Etats-Unis. Elle veut que la clarté du ciel y pénètre, que les trous des étoiles laissent passer la lumière. Comme le disaient les cultures indigènes du centre et du sud de l’Amérique. Elle imagine un lieu nouveau dans les glaces patagoniques pour protéger son peuple allemand de la destruction du monde. Elle rêve de construire un paradis, ce paradis rêvé en Europe d’un nouveau continent. Tandis que Magellan s’efforce de comprendre le monde et que cette femme rêve d’un lieu nouveau, Ma- thieu, un jeune français habillé en soldat améri- cain, se fond dans la masse des gens qui se pré- parent à la guerre à Arromanches. Il nous parle de la paix dans le monde, cette paix qui doit se traduire par l’extermination de l’immigration contemporaine.

Hide Content